Archives pour l'étiquette Mme Déjantée

Les Vendredis Intellos : « mon fils, ma bataille »… réflexions sur l’absence du père

Il  y a quand même des fois ou je sèche un peu pour les vendredis intellos… Oui je sais, je pourrai demander un peu d’inspiration à Mme Déjantée mais j’espère toujours que ça va venir tout seul.   Continue la lecture

Les Vendredis Intellos – La dépression pendant la grossesse

Les neuf mois de la grossesse sont sensés être parmi les plus beaux de la vie d’une femme. Pourtant parfois, ce n’est pas le cas. J’ai été beaucoup touchée en lisant un article de Lucy Atkins dans le quotidien britannique le Guardian

D’après cet article de 2008, une femme sur 10 développe des troubles dépressifs durant sa grossesse. Ils s’expriment à des degrés différents mais il est apparemment plus courant de souffrir de troubles dépressifs quand on est enceinte de 32 semaines que quand on est maman d’un bébé de 8 semaines. Pourtant il me semble qu’on parle beaucoup de la dépression post-partum mais très peu de la dépression prénatale.

Cette dépression peut s’exprimer de façons multiples (crises d’anxiété, irritabilité, troubles obsessionnels compulsifs (TOC), agoraphobie et même pensées suicidaires) et avoir tout autant de causes (hormonales ou psychologiques : grossesse non planifiée, problèmes dans la relation de couple, fausse-couches ou tout autres traumatisme). Elle peut se développer chez des femmes qui n’ont eut aucun antécédent de fragilité psychologique jusqu’au moment de leur grossesse.

La journaliste du Guardian illustre son article de deux témoignages, l’un d’entre eux est celui de Jodie Santos une réalisatrice de documentaires qui a souffert de dépression durant sa première grossesse. Je vais essayer de  vous le traduire le plus fidèlement possible :
– « For Santos, her profound sense of connection to her unborn child both inflated and soothed her depression: « I have read that being pregnant is the closest you’ll ever get to the other side, » says Santos, « with the soul inside of you straddling the worlds of darkness and light. Even in my most difficult moments, I have always felt this joy radiating from the life within me. »
– « Pour Santos, la connection profonde qu’elle ressentait vis à  vis de son enfant a décuplé mais aussi apaisé sa dépression : « J’ai lu qu’être enceinte est ce qu’il y a de plus proche de l’autre monde » dit Santos « et l’autre petite âme que l’on a en soi chevauche à la fois le monde de l’ombre et de la lumière. Même dans mes moments les plus durs, j’ai toujours senti la joie irradier de la vie qui grandissait en moi » .

Partager de tels sentiments doit être proche de l’impossible, beaucoup de femmes admettent d’ailleurs ressentir une énorme pression de la part de leur environnement pour être (ou avoir l’air) heureuse. Lucy Atkins cite également Nicky Stanley, professeur en travail social à  l’université centrale du Lancashire
– « It can be very hard to disclose depressed feelings during pregnancy, » she says. « The reactions can vary so widely. » While some midwives, health visitors and GPs are very supportive, « some women say they were treated condescendingly, or not taken seriously. »
– « Il peut être très difficile d’extérioriser des sentiments dépressifs durant la grossesse” dit-elle. « Les réactions peuvent varier très grandement. » Si certaines sages-femmes, visiteurs médicaux et médecins généralistes sont très  compatissants « certaines femmes avouent avoir été traitées avec condescendance, ou ne pas avoir été prises au sérieux » ».

J’ai été suivie en Angleterre durant ma grossesse. Je me souviens clairement que les sages-femmes  m’ont demandé si je me sentais déprimée lors des visites postnatales (qui se déroulent dans le mois après la naissance de son enfant). Par contre à aucun moment, cette question ne m’a été posée lorsque j’étais enceinte. Pourtant, être enceinte est sans doute l’une des choses les plus magnifique et les plus terrifiante  à la fois. Pour être honnête, les questions posées pour détecter une potentielle dépression post-partum, l’ont été de façon maladroite et trop automatique. Comme beaucoup de femmes je me sentais un peu dépassée mais je n’aurai jamais partagé ce ressenti avec les sages-femmes. En tout cas pas de la manière dont le sujet a été abordé. Je ne les connaissais pas vraiment et n’aurai jamais réussi à m’ouvrir sur quelque chose de si intime avec des quasi- inconnues. C’est sans doute cette manière de penser, ma manière de penser qu’il faudrait faire évoluer. En tout cas les questions avaient au moins le mérite d’avoir été posées alors qu’elles ne l’ont jamais été durant mes visites prénatales.

La dépression périnatale est un sujet très délicat que je ne fais qu’effleurer dans cet article. Je ne suis maman que depuis quelques mois mais en comptant ma grossesse,  les douze derniers mois ont révélé un aspect de ma personne que je ne soupçonnais pas. J’ai ressenti et ressens encore une pression quotidienne pour être au comble du bonheur en tant que jeune maman mais rien n’est jamais aussi simple. Il y a des jours magnifiques et d’autres, quand il fait ses dents par exemple 😉 , qui le sont beaucoup moins. Je crois qu’il est important de déculpabiliser les jeunes mamans en en parlant un maximum…

Retrouvez toute les contributions des Vendredis Intellos sur  www.lesvendredisintellos.com

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Vendredis Intellos – mon bébé et le bilinguisme

Je suis maman d’un petit bout de 3 mois, on est tous les deux français – les parents – tous les trois si on compte le petit bout qui est né à Londres. On vit au Royaume-Uni depuis des années. Et depuis que je suis enceinte on me pose plein de questions sur son apprentissage de l’anglais. Au début je ne me posais pas trop la question, je me suis dit que ça viendrait naturellement et puis j’ai entendu plein de choses du genre: retard de langage, bégaiement… Du coup je me suis dit qu’il fallait peut-être que je me penche sur le sujet…
Chocophile m’a gentiment envoyé un scan des pages sur le bilinguisme de l’ouvrage d’Edwige Antier « mon bébé parle bien » et donc pour résumer, voici ce qu’elle conseille.

« Ne parlez pas à votre enfant dans une langue qui n’est pas la votre. »
Oui, alors c’est la ou ça me pose problème parcequ’en théorie l’anglais c’est pas ma langue. Mais bon apparemment « c’est le naturel de votre parole qui soutient toute relation affective, et donc la faculté d’apprendre à votre enfant ». Et parler anglais pour moi c’est hyper naturel au point où je ne me rends parfois pas compte si je parle en français ou en anglais… ce qui entraine quelques moments comiques quand je parle à mes parents. Le long silence et le regard perdu sont en général les signes de ma méprise. Mais bon je m’égare… en conclusion, je peux parler français et anglais à mon petit bout. Tant que c’est naturel pour moi, ca ne devrait pas poser de problèmes???

« Encouragez sa nounou à parler dans sa langue maternelle. »
Moui… tant que je reste en Angleterre ça va mais si je décide de partir… un peu galère : trouver une nounou ou une crèche où on parle en anglais ça va pas être donné ! Mais bon… en théorie, le petit bout devrait bénéficier d’un environnement complètement anglophile à l’école. Du coup, faut-il que je m’abstienne de parler en anglais à la maison pour qu’il puisse clairement distinguer quelle langue utiliser et dans quel environnement ???

« Les bébés perçoivent très bien la prosodie d’une langue »
Prosodie, me direz-vous ? C’est la justesse du phrasé et la musique d’une langue. Bon pour le cout ma prosodie est franglaise…on me prend parfois pour une allemande ou une polonaise mais quand même… Hum… c’est grave si ma prosodie n’est pas tout à fait juste en anglais ?

« Il est possible de mélanger deux langues en parlant à votre enfant»
Apparemment tant qu’on le fait naturellement ça va, l’essentiel c’est qu’on soit gai et que l’on transfère son amour des mots à son enfant. Ouf… je suis bavarde et j’adore parler en français, en anglais et même un peu en allemand alors… ça devrait aller ?

« Bilingue et bientôt trilingue »
Oui enfin je prévois pas non plus d’apprendre à mon petit bout trois langues… enfin bon, il parait que comme ça bébé va pouvoir comprendre que le langage porte une portée différente selon les individus tant qu’on garde la langue maternelle comme référence.

« Ne prenez pas votre enfant pour un singe savant »
Grosso modo faut pas le forcer à parler anglais devant les autres pour montrer comme on est fière… Non mais en même temps c’était pas mon but, je vais quand même essayer de protéger le petit bout un maximum (j’ai toujours détester quand ma mère me faisait le coup !)

Conclusion ?  il faut parler avec le cœur, ne rien forcer et être à l’écoute. En fait, ça marche sans doute avec tout cette formule 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Vendredis Intellos: enfants placés par les services sociaux pour cause d’obésité

L’article de mamanpoussinou  sur le casse-tête de l’alimentation des enfants m’a rappelé le cas de cette famille britannique  qui risque la perte de la garde de ses enfants à cause de leur obésité.

Quatre des sept enfants de cette famille de Dundee risquent d’être placés à cause de l’incapacité des parents à contrôler leur poids malgré de nombreuses interventions des services sociaux.

“The couple, who have been married for nearly 20 years and are not being named to protect their children’s identities, were given a ‘draconian’ ultimatum three years ago …

Warned that the children must slim or be placed in care, the family spent two years living in a council-funded ‘Big Brother’ house in which they were constantly supervised and the food they ate monitored.

But despite subjecting them to intense scrutiny, social workers did not impose rules on what food the children should eat, and there was apparently little or no improvement” Source: Daily Mail, Jane Simpson 05 Septembre 2011

« le couple, qui est marié depuis près de 20 ans et n’est pas nommé pour protéger l’identité des enfants, avait été sujet d’un ultimatum draconien il y a de ça 3 ans …

Prévenus que leur enfants devaient perdre du poids ou seraient placés, la famille a passé deux ans à vivre dans une maison HLM type « Big Brother » dans laquelle ils étaient constamment supervisés et  la nourriture qu’ils consommaient suivi.

Mais malgré ces dispositions draconiennes, les travailleurs sociaux n’avaient pas imposé un régime particulier à ce enfants et il n’y a apparemment pas eut d’amélioration »


Quand les services sociaux ont commencé à s’intéresser à ce cas les enfants pesaient:

  • 16 stones / 101,6kg pour le garcon de 12 ans
  • 12 stones / 76,2kg pour la fille de 11 ans
  • 4 stone / 25,4kg pour la petite fille de 3 ans
  • le poids de l’enfant le plus jeune n’est pas connu

La première chose qui m’est venu à l’esprit en lisant cet article est la répercussion que cela allait avoir sur ces enfants, seront-ils seront en meilleurs santé et plus heureux en les ôtant de leur milieu familial? Probablement pas mais face à des enfants qui se dirigent certainement vers une vie de problèmes médicaux, ne doit-on rien faire ? Dans le cas présent, il semblerait qu’on ait donné deux ans à ces parents mais aucune méthodologie. N’aurait-il pas été plus constructif de les aider dans cette démarche vu qu’il était évident qu’ils avaient des difficultés à contrôler l’alimentation de leur famille ?

Et puis, n’y-a-t-il pas d’autres facteurs à prendre en compte ? La génétique, des facteurs économiques et sociaux, l’environnement (accès facile à des parcs / activités sportives). Ce couple de Dundee est en surpoids, vient d’un milieu simple dans une région de la Grande-Bretagne où il y a un fort taux d’obésité.

Et puis la société partage peut-être une part de cette responsabilité. Il y a quelques années le chef britannique Jamie Oliver avait enquêté sur les menus servis dans les cantines britanniques et les résultats étaient navrant : poissons pannés, frites et hamburger… La plupart des menus n’étaient absolument pas équilibrés et ceci pour des raisons de couts mais aussi sans doute de facilité. Le plus navrant dans cette affaire est que certaines mères des écoles cobayes du programme pour des repas plus équilibrés ont manifesté contre l’initiative et allaient jusqu’à passer des hamburgers à leurs enfants à travers les grilles de l’école.

Le problème est certainement devenu un problème de société mais je ne pense pas que « punir » puisse régler la situation. Je comprends bien que certaines personnes associent le « gavage » (oui le mot est dur) de certains enfants à une forme de torture mais il n’y a clairement pas une intention de nuire de la part de ces parents. C’est le rapport à la nourriture qui est un problème : oui, manger est un plaisir mais la nourriture est surtout un fuel qui aide notre corps à fonctionner. En mettant trop l’accent sur l’aspect hédonique et pas assez sur l’aspect médical, notre société a sans doute contribué au problème de surpoids grandissant chez les jeunes enfants et les adolescents. Encore une fois, et comme presque tout, je pense qu’il faudrait sans doute adopter une approche plus pédagogique que punitive. Donc suivre ces enfants de Dundee pendant deux ans, oui mais le faire sans les conseiller sur leur alimentation, non… Et vous qu’en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Vendredis Intellos: pourquoi consulter?

On a toutes eut nos hauts et nos bas, on apprend à faire avec… à se construire des épreuves de la vie mais des fois c’est trop dur et on a besoin d’un petit coup de pouce. En tant que maman (un peu trop gâteau sans doute), je voulais savoir à partir de quand un enfant pourrait avoir besoin de ce petit coup de pouce juste au cas où… et puis je suis tombée sur cet interview de Marcel Rufo. Zut alors, est-ce qu’en fait je projette trop ???

« Cela signifie-t-il que les parents d’aujourd’hui projettent, sans le soupçonner, beaucoup trop leur histoire personnelle?

Marcel Rufo: Sûrement! Avant on éduquait, maintenant on comprend. On cherche à se comprendre soi. Or plus on comprend, et moins la séparation peut s’opérer, et plus on utilise les psys. Au point que des parents viennent nous consulter pour trois fois rien. Par exemple, une maman isolée est traumatisée par une histoire d’amour qui a tourné court, et dans laquelle elle s’était investie totalement. La deuxième donne, c’est son enfant. Elle ne peut pas échouer deux fois dans la vie. Il suffit d’un dysfonctionnement – dans une situation ordinaire, où elle ne serait pas fragilisée, l’incident aurait été réglé sans frais – pour que cette femme amène l’enfant en consultation. En maternelle, le gosse est un peu instable. Il est joueur. Et le psy de s’interroger gravement: ne serait-il pas hyperactif? »

Alors « avant on éduquait, maintenant on comprend »… C’est vrai qu’avant on se posait peut-être moins de questions, il y avait sans doute des schémas familiaux plus simples. J’imagine que ces générations d’avant – disons nos grands-parents – savaient plus ce qu’on attendait d’eux (quant à dire que c’était plus simple…) quitte parfois à sacrifier leur bonheur personnel, parceque c’était comme ça, ils avaient été éduqués ainsi.

Mais maintenant on a le choix, on peut faire ce que l’on veut, on peut se créer toutes les opportunités du monde si on s’en donne les moyens… si nos parents nous en donne les moyens, s’ils nous écoutent, s’ils nous comprennent. Mais comment peut-on comprendre complètement ce dont nos enfants ont besoin ?

Au début, c’est simple du lait, du sommeil et beaucoup d’amour et puis après, la parole et … « la pensée demeure incommensurable au langage » alors de la parole naissent les premières incompréhensions et les parents – tout plein d’amour qu’ils sont pour leur enfant peuvent parfois projeter et oui, c’est naturel il ya tellement de nous dans nos petits bouts…

Alors j’en reviens à ma question du début : comment je sais si mon enfant il a besoin d’une petite béquille psychologique pour l’aider à avancer ? Bon d’après une autre interview de Marcel Russo  par Pascale Senk, (pour Psychologies)

« Psychologies : Mais qu’est-ce qui peut justifier l’entrée en psychothérapie d’un enfant ? 
Marcel 
Rufo : Par exemple, on m’en amène beaucoup parce qu’ils ont « des peurs ». Or la peur est une émotion tout à fait normale. Winnicott rappelait qu’« un enfant saisi sous un gros orage, la nuit, dans les rues de Londres, et qui n’aurait pas peur, n’est pas un enfant sain ». On doit donc détecter si la peur du petit est un phénomène isolé, ou bien la partie émergée d’un doute profond quant à l’estime de soi, une souffrance non exprimée par rapport à une grande sœur qui réussit mieux que lui à l’école, etc. Un trouble, s’il est isolé, n’a rien d’alarmant. En revanche, s’il vient s’ajouter à d’autres signes, il y a intérêt à consulter. Prenons l’exemple d’un bébé de 15 mois qui ne marche pas encore. Si, en plus, il a du mal à saisir les objets ou à mordre sa tétine, on parlera d’un faisceau de signes qui justifient une consultation. De même pour un enfant de 7 ans qui parle mal, a une phobie scolaire et se montre très agressif. Mon rôle est alors de comprendre la signification de ces symptômes. » 

Donc apparemment on peut consulter pour tout et n’importe quoi même si des fois le pédo-psy doit sans doute plus traiter nos insécurités à nous parents qu’à nos petits bouts – mais au moins ça peut pas faire de mal ! Enfin ce que je retiens en guise de conclusion, c’est qu’il faut quand même essayer de repérer un faisceau d’indices et qu’ « un trouble, s’il est isolé, n’a rien d’alarmant ».

Me voila rassurée… mais en fait au final c’était pas plus simple d’éduquer sans essayer de tout comprendre ? Je me complique peut-être un peu la vie, vous en pensez quoi vous les filles ???

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les Vendredis Intellos : « Single Parents are Brilliants »

Cette semaine dans le cadre des Vendredis Intellos, j’ai choisi de parler d’un article que j’ai lu dans le Guardian.  Après Paris il y a quelques années, Londres a été le théâtre d’émeutes ce été. Et le bouc-émissaire de ces émeutes a été les mères célibataires. Depuis que j’habite à Londres, j’ai entendu une succession de clichés en la matière. L’article de Tanya Gold répond de façon assez factuelle à tous ces préjugés dont souffrent ces mères célibataires.

Pour vous donner une idée, Melanie Phillips du Daily Mail a écrit sur le sujet que “La plupart de ces enfants (des émeutes) viennent de familles monoparentales… des générations successives éduqués par leurs mères seulement, dans le foyer desquels passent de manière passagère une succession d’hommes avec qui ces femmes ont d’avantage d’enfants »
« Most of these children come from lone-mother households … Successive generations are being brought up only by mothers, through whose houses pass transitory males by whom these women have yet more children. »
Et oui, la presse britannique a la dent dure…

Le cliché le plus tenace est celui des ados mères célibataires qui feraient exprès de tomber enceintes pour obtenir un logement social et vivre « aux crochets de l’état ». En fait, « Seulement 3% des mères célibataires sont des adolescentes, l’âge moyen d’une mère célibataire est 37 ans, et la majorité (55%) ont eut leurs enfants quand elles étaient mariées… 23% des ménages britanniques avec des enfants à charge sont monoparentaux, seulement 8% sont des pères célibataires… Il y a 1.9 million de familles monoparentales en Grande-Bretagne, s’occupant de 3 millions d’enfants. Ils ont une proportion d’enfants handicapés au dessus de la moyenne (34%) et sont à 33% malades ou handicapés eux-mêmes. »
 » Only 3% of single mothers are teenagers… The average age of the single mother is 37, and the majority (55%) had their children within marriage … Twenty-three per cent of British households with dependent children are single-parent households; only 8% of single parents are fathers… There are 1.9 million single parents in Britain, caring for three million children. They have a disproportionate number of disabled children (34%) and a disproportionate number of disabilities and illnesses of their own (33%). »

Un autre cliché est que les mères célibataires ne travaillent pas. Pourtant « les mères célibataires travaillent tout autant que les mamans en couple. 57% des parents célibataires travaillent, soit une augmentation de 12% depuis 1997… Lorsque leurs enfants ont plus de 12 ans, ce chiffre passe à 71%, ce qui est aussi la moyenne nationale pour les mères en couple ».
“The single mother is no more work-shy than any other mother: 57% of single parents work, an increase of 12 percentage points since 1997…. As soon as their children reach the age of 12, this figure rises to 71%, which is the also the national average for mothers in relationships ».

Je ne tiens pas à entrer dans le débat politique qui a fait rage à ce propos mais ce qui me navre c’est l’image négative donnée aux parents célibataires:
“Qui doit-ton rendre responsable? La rupture des familles traditionnelles, l’effet pernicieux que le statut de mère célibataire apporte, le déclin des valeurs familiales qui fait que les repas partagés en famille deviennent une exception, sont autant de facteurs a avoir contribué a la condition actuelle des jeunesses défavorisées » (source: Daily Mail)
“So who is to blame? The breakdown of families, the pernicious promotion of single motherhood as a desirable state, the decline of domestic life so that even shared meals are a rarity, have all contributed importantly to the condition of the young underclass.”

La solution à de nombreux problèmes de société réside sans nul doute dans l’éducation mais il n’y a jamais de réponses simples a des problèmes complexes. Et lire dans la presse britanniques ce type de jugement de valeur fait sans doute plus partie du problème que de la solution.

Single Parents Are Brilliant
Appendices:

Suite aux émeutes de Londres, la campagne de l’association des parents célibataires « Gingerbread » a connu un nouvel essor de la part de la communauté des blogueurs. Jo du blog2starsandaswirl  récupère les témoignages de parents célibataires, ou d’enfants ayant été élevés par des parents célibataires. Elle les publie sur son blog et les compile pour les envoyer au Premier Ministre, David Cameron. Je voulais juste témoigner de cette action positive. Si vous voulez jeter un œil a certains de ces témoignages, cliquez ici.  Certains sont très émouvants !

Bon déjà c’est quoi les vendredis intellos ? C’est l’occasion pour toutes les « yummy mummies » de se remuer les méninges.  Mme Déjantée a eut cette bonne idée après avoir quitté les bancs de la fac (où elle faisait de la recherche) pour être maman à plein temps et oui bizarrement… les bouquins et étagères poussiéreuses de la BU ça peut manquer. Si, si je vous jure ça m’a fait la même chose !  Pour toutes les règles, cliquez ici 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les vendredis intellos : choisir d’élever son enfant sans dévoiler son sexe.

Cette semaine ma participation aux Vendredis Intellos reprend un article que j’ai lu dans Grazia GB  en octobre dernier. L’article signé Amy Molloy, traitait des parents du petit Charlie qui refusent de dévoiler le sexe de leur enfant. En anglais on appelle ça « gender neutral » c’est à dire « sexe neutre ».  A l’époque ça m’a vraiment interpelé.

La théorie du Dr. Cordelia Fine, dans son livre « Delusions of Gender » est qu’il n’y a pas de liens entre les différences de sexes inhérentes à la société et la biologie. La maman de Charlie pense qu’il n y a pas de
– « preuves concrètes que le cerveau de l’homme et de la femme soient connectés différemment selon leur sexe »
– « no convincing evidence that male and female brains are hard-wired according to gender.»

Elle a donc décidé de tester cette théorie sur son enfant. Charlie porte des vêtements et joue avec des jouets de filles comme de garçons. Quand on lui demande le sexe de Charlie, sa maman répond qu’elle préfère ne  pas le dire. Seules quelques personnes sont dans le secret. Interrogée sur les réactions que la situation engendrait, elle a défendu son choix ainsi:
– « Les esprits critiques pensent qu’il s’agit d’une forme d’abus – que Charlie va être désorienté et développer des troubles de l’identité  –  mais pour moi, c’est extrêmement libérateur. Imaginez être maitre de votre sexe, avoir des options illimitées au niveau sexuel, éducatif  ou émotionnel et d’être fidèle à la personne que vous devez être au lieu d’être limité par les attentes de la société. »
– « Critics say it’s a form of child abuse – that Charlie will grow up confused and lacking identity – but to me, it is incredibly liberating. Imagine being the master of your own gender, having limitless sexual, educational and emotional options to be who you are meant to be, rather than be restricted by social expectations. »

Vaste sujet n’est-ce pas?  Je suis une toute nouvelle maman d’un petit de 7 semaines et je conçois qu’élever ses enfants est toujours plus ou moins une expérimentation. On essaie tous d’élever nos enfants en accord avec nos valeurs profondes et on fait parfois des erreurs. La famille de Charlie tente de s’élever contre tout constructivisme social. La société et la culture dans laquelle nous vivons agissent comme des révélateurs. Par exemple, pourquoi le rose est une couleur de fille ? Ou pourquoi dit-on couramment que les hommes s’intéressent plus au sexe que les femmes ?
– Peut-être parcequ’historiquement parlant, il y avait moins de conséquences pour les hommes que pour les femmes
– Peut-être y a-t il une raison hormonale etc…

Etudier l’origine, la construction des choses requière de regarder au delà de nos propres convictions. Le fait de penser qu’il existe un « sexe naturel » est une opinion sujette à débat, comme toute  chose.Bien que je conçoive que la théorie derrière cette expérience puisse être intéressante, l’expérimenter sur un enfant me semble plus que discutable. Les risques potentiels sur le petit Charlie me paraissent énormes,  même si ses parents ont dit qu’ils arrêteraient l’expérience dès que Charlie en exprimera le besoin. Mon opinion est qu’il sera sans doute trop tard, un enfant ne pouvant pas toujours mettre de mots sur ses maux. Et vous, qu’en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Annexes: 
Bon déjà c’est quoi les vendredis intellos ? C’est l’occasion pour toutes les « yummy mummies » de se remuer les méninges.  Mme Déjantée a eut cette bonne idée après avoir quitté les bancs de la fac (où elle faisait de la recherche) pour être maman à plein temps et oui bizarrement… les bouquins et étagères poussiéreuses de la BU ça peut manquer. Si, si je vous jure ça m’a fait la même chose !  Pour toutes les règles, cliquez ici